Partenza – Renata Poljak

Exposition du 2 avril au 14 mai 2016
du mercredi au samedi de 14h à 19h
puis sur rendez-vous jusqu’au 2 juillet 2016

In English here

Au début du XXe siècle, fuyant la famine, nombre d’hommes habitant les iles croates  émigrent vers l’Amérique du Sud à la recherche d’une vie meilleure. Restées au pays, les femmes attendent leur retour.

L’installation vidéo Partenza, qui donne son titre à l’exposition de Renata Poljak à Contexts, rapproche deux histoires d’émigration : une croate au début du siècle dernier, l’autre africaine au début de notre siècle. Le mot Partenza, comme en italien, signifie départ dans le dialecte parlé dans les iles croates.

Ce nouveau projet, qui marque une nouvelle étape dans le travail de Renata Poljak, comporte aussi des collages photo et des dessins. Renata Poljak y évoque comment les bouleversements politiques, économiques ou sociaux fragilisent des vies humaines, et comment les histoires d’émigrants se répètent sans cesse au travers l’histoire.

Renata Poljak installe souvent dans ses œuvres un jeu troublant entre fiction et réalité, mêlant séquences autobiographiques, documentaires ou mises en scènes. Jusqu’à récemment, son travail  s’attachait notamment à explorer les conséquences sociales des conflits des années 1990 dans les Balkans et la banalisation actuelle d’expressions publiques de violence et d’intolérance. Concernée par l’état d’incertitude dans le présent et dans l’avenir, la peur, le sentiment d’impuissance, de désorientation et d’impasse ressentis face à la tragique brutalité de l’actualité, elle aborde aujourd’hui des questions géopolitiques plus globales. À travers ces histoires mêlées, Renata Poljak nous invite à partager avec poésie et subtilité le regard lucide, critique et profondément humaniste qu’elle porte sur notre société.

Communiqué_de_presse_FR